En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Actualités du CDI

Rencontre avec Jean-Christophe Tixier et Benoît Séverac

Par MELISSA MIERE, publié le mardi 11 octobre 2016 09:05 - Mis à jour le mardi 11 octobre 2016 09:32

Jeudi 6 octobre et vendredi 7 octobre, dans le cadre du festival Toulouse Polars du Sud, nous avons eu la chance d'accueillir Jean-Christophe Tixier et Benoît Séverac.

Ces rencontres se sont déroulées au CDI et ont été l'occasion d'échanges sur les lectures des élèves et le métier d'écrivain.

Les auteurs ont accepté de répondre aux questions de nos élèves avec une grande franchise et beaucoup d'humour.

 

Ci-dessous quelques extraits de la rencontre avec Jean-Christophe Tixier auteur de "10 minutes à perdre" et de "La traversée":

Classe de 5°3

  • D'où vous vient l'inspiration?

Tout peut constituer un début d'histoire. Il m'est arrivé la même chose qu'à Tim (ndrl le héros de 10 minutes à perdre). Suite à une fuite d'eau, j'ai décidé de changer la tapisserie, j'ai trouvé un message sur le mur en enlevant le papier peint. Et puis je me suis dit "Et si..."

  • Combien de temps a duré l'écriture de 10 minutes à perdre?

Il m'a fallu 4 mois de réflexion suivi d'un temps d'imagination. Puis 2 mois d'écriture et environ 3 à 4 mois de correction.

 

  • Pourquoi avez-vous décidé de devenir écrivain?

Il y a quelques années, lors d'une fête de famille j'ai écrit une histoire sur la voiture de mon grand-père "la Rosalie" pendant la guerre. Ma famille m'a conseillé de la publier. Cette histoire est devenue une nouvelle : La Rosalie (2007)

 

  • Comment construisez-vous vos personnages?

Je les invente.

 

Classe de 4°5

  • Combien de livres avez-vous écrit?

Entre 30 et 35 textes

  • Qu'est-ce-qui vous a inspiré pour la Traversée?

La traversée c'est une envie d'en parler (ndrl des migrants). Les réfugiés sont des images à la télé et représentent un chiffre. Quand on lit un livre on s'identifie au personnage et on vit la traversée avec eux.

  • Quand on écrit des histoires peut-on improviser?

Bien sûr c'est important de garder une part d'improvisation.

  • Quel est votre projet en ce moment?

Je travaille sur plusieurs projets : dont une adaptation BD de la Traversée et la suite de 10 minutes à perdre.

  • Quand vous étiez petit quel était votre rêve?

Devenir jardinier astronome.

 

Jean-Christophe Tixier

"Je peux écrire n'importe où grâce à la musique"

"écrire c'est une passion"

"écrire ce n'est pas prendre le stylo, c'est faire vivre d'abord dans sa tête"

 

 

 

 

 

 

 

Ci-dessous quelques extraits de la rencontre avec Benoît Séverac auteur de "Little sister"

Classe de 3°2

  • Qu'est-ce qui vous a inspiré pour écrire ce livre (ndrl Little Sister)?

En 2012, l'affaire Merah. J'ai été choqué comme tout le monde. Quand on est écrivain on se doit de faire quelque chose.

Une journaliste m'a contacté. Je me suis dit "je ne veux pas écrire là-dessus".

Puis je me suis dit "je passe par l'histoire des familles des jihadistes". J'avais envie de parler du jihad sans tomber dans les reportages. Je ne voulais pas le faire de façon "moralisante".

 

 

 

Classe de 3°3

  • Pourquoi avez-vous varié les points de vue dans Little Sister?

J'étais partie sur Léna (ndrl l'héroïne). A un moment donné quand Léna part dans la barque, je me suis dit "je reste sur Théo". Cette façon d'écrire s'appelle un roman chorale. C'était très à la mode il y a 20 ans. Je m'étais pourtant dit que je n'écrirais jamais un roman chorale.

  • Pourquoi ne pas donner le point de vue d'Yvan?

Je n'avais pas envie de parler de ce thème de façon frontale.

  • Pourquoi écrivez-vous des romans policiers?

Avec le roman noir on met un grain de sable dans les rouages.

 

 

Benoît Séverac

"Avec le roman noir tu refermes ton livre et ton regard a changé par rapport à quelque chose"